Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le blog satirique de pierre Lalande

le blog satirique de pierre Lalande

LE BLOG DE PIERRE LALANDE Le seul site satirique et humoristique qui ose enfin débunker sérieusement les fadaises sur Rennes-le-Château


Pour en finir définitivement.

Publié par Pierre Lalande sur 20 Mai 2020, 14:42pm

Catégories : #Franck Daffos, #Pierre Lalande, #Razès, #rennes le chateau, #rennes les bains, #trésor

Pour en finir définitivement.

Salut les Petits,

Hier Gigi m'a dit " Laisse tomber Pierrot, tu n'arriveras à rien avec ton ancien pote. Comme on dit, on ne change pas le sang en eau ". 

Putain con, il avait raison ! Francky ne peut pas changer, il sera toujours le même.  En fait je perd mon temps. C'est pourquoi à partir d'aujourd'hui je le lâche définitivement....

Enfin pas tout à fait, comme m'a dit le collègue de l'éditeur " Monsieur Lalande, concentrez-vous uniquement sur le débunking concernant Rennes-le-Château, contentez-vous de ne noter que ce que vous nommez les " fadaises ", et laissez les auteurs de coté l ".

Il a raison le minot, donc je compte sur vous tous pour m'envoyer par mails toutes les "fadaises" que vous verrez apparaître dans les jour prochains. Le bon Lalande va s'en charger.

Mais avant, histoire d'avoir l’esprit tranquille, il me faut conclure. Prenez ça comme le coup de grâce. Car si je ne peux pas changer Francky, je peux encore vous ouvrir les yeux sur qui il est.

Et souvenez-vous, si plus personne ne le regarde il disparaîtra. 

J'ai repris l'article de Serge Hefez et j'y ai ajouté pas mal de captures d'écrans pour illustrer ce que je vous raconte depuis plus d'un an. Attention les pitchounes, ça vaut son pesant de cacahuètes.

 

Petite leçon de psychologie: le pervers narcissique et ses complices

(MISE À JOUR : )

Les pervers narcissiques n’éprouvent aucun respect pour les autres, qu’ils considèrent comme des objets utiles à leurs besoins de pouvoir, d’autorité, ou servant leurs intérêts. Il font des promesses qu’il ne tiendront pas, sachant que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Pris en flagrant délit de mensonge, ils sont capables de nier avec un aplomb hors du commun...

Pour en finir définitivement.

Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ils savent parfaitement et farouchement défendre leurs intérêts dont ils ont toujours une vision très claire. Ils essaient de profiter à chaque instant de toutes les opportunités, de toutes les personnes rencontrées, et ces personnes sont systématiquement instrumentalisées pour en tirer, autant que possible, avantage pour eux. Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Ils n’admettent aucune remise en cause et aucun reproche.

Pour en finir définitivement.

Et oui, c'est toujours utile d'avoir un larbin pour faire les recherches sans se bouger !

Les pervers narcissiques sont incapables d’aimer les autres. Dans leur immense majorité, ils n’ont aucune «humanité», aucun sentiment humain, aucun état d’âme, aucun affect. Ils sont froids et calculateurs, totalement indifférents à la souffrance d’autrui. Mais tout en étant, le plus souvent, incapables d’avoir des sentiments humains, ils simuleront le fait d’être emplis, en apparence, de bons sentiments et d’une sincère empathie pour autrui.

Totalement confirmé avec le passage sur Pous.

Les déceptions entraînent chez eux de la colère ou du ressentiment avec un désir de revanche. Cela explique la rage destructrice qui s’empare d’eux lors des séparations. Quand un pervers perçoit une blessure narcissique (défaite, rejet), il ressent un désir illimité d’obtenir une revanche. Ce n’est pas, comme chez un individu coléreux, une réaction passagère et brouillonne, c’est une rancune inflexible, implacable à laquelle le pervers applique toutes ses forces et ses capacités de raisonnement. Et alors, il n’aura de cesse d’assouvir son dessein de vengeance.
Les pervers narcissiques ont souvent besoin de haïr pour exister. La haine peut être chez eux un moteur très puissant.

Pour en finir définitivement.

Souvent, le pervers narcissique est quelqu’un qui n’a jamais été reconnu dans sa personnalité propre, qui a été victime d’investissement narcissique important de la part de ses parents et qui a été obligé de se construire un jeu de personnalités (factices), pour se donner l’illusion d’exister.

Du fait d’une histoire personnelle, où il ont été, par exemple le bras armé d’un de leurs parents, les pervers n’ont pas pu se réaliser. Ils observent alors avec envie ce que d’autres qu’eux ont pour y parvenir.
Les pervers narcissiques ne sont jamais sincères, toujours menteurs. Ils peuvent aussi bien dire la vérité que mentir avec aplomb. Le plus souvent, ils effectuent de sensibles falsifications de la vérité, qu’on ne peut pas vraiment qualifier de mensonges, et encore moins de constructions délirantes. Mélanger le mensonge, la sincérité et la franchise —ce qui est, pour l’autre, très déstabilisant— fait partie de leur jeu.

Le déni (de leurs défauts, de l’autre) leur permet de «s’aimer» (et de s’aimer toujours plus). Ils se mentent à eux-mêmes, sur leur vraie valeur, sur ce qu’ils sont réellement. A certains moments, ils finissent par croire à leur mensonge, à d’autres, ils en ont conscience. C’est toute l’ambivalence de la pathologie mythomane. Le pervers narcissique est un «comédien né». Ses mensonges à force d’entraînement sont devenus chez lui une seconde nature.
Sa palette de personnalités, de personnages, d’émotions feintes est étonnante. L’éventail de son jeu d’acteur est infini, sans cesse renouvelé.


Il donne le plus souvent l’image d’une personne parfaitement calme, ne s’énervant jamais.

Pour en finir définitivement.

Le pervers narcissique est le plus souvent doté d’une combativité extrême et d’une capacité de rebond remarquable. Sa mégalomanie, son narcissisme, voire sa paranoïa, renforcent cette combativité. Souvent immensément orgueilleux, voire mégalomane, le pervers narcissique aime gagner, à tout prix, sans fin, et ne peut admettre, une seule fois, de perdre.

Il est prêt à tout, même aux coups les plus retors, pour ne jamais perdre. Le pervers est comme un enfant gâté. S’il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin.
A la longue cette tendance, qui peut lui assurer une dynamique du succès pendant un certain temps, devient une addiction. Signe de sa mégalomanie, elle la renforce en retour, et l’amène à ne plus pouvoir tolérer la moindre frustration ou contradiction.

Pour en finir définitivement.

«Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !» (Beaumarchais).
Le pervers narcissique a le talent de diffamer sans avoir l’air d’y toucher, prudemment, en donnant l’apparence de l’objectivité et du plus grand sérieux, comme s’il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d’accusation claire, mais se contente d’allusions voilées, insidieuses. A la longue, il réussira à semer le doute, sans avoir jamais prononcé une phrase qui pourrait le faire tomber sous le coup d’une accusation de diffamation.

Situations cliniques :

• Le déni : «La France n’a jamais commis de génocide», en France, on a rien fait, la collaboration n’a pas existé, donc nous n’avons pas besoin de repentance (et on tue en même temps le Père en détruisant le remarquable travail de mémoire accompli par son prédécesseur).

La diffamation sans y toucher : «ON égorge des moutons dans les baignoires », le ON anonyme du mépris et du colonialisme.

Pour en finir définitivement.

Comme on dit " ON EST UN CON "

 

• Frapper l’autre d’inexistence pour le mépriser et le déstabiliser : je ne regarde pas mon adversaire au cours d’un débat, je dis «elle» en regardant un témoin.

La jouissance du sous-entendu : « Je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas». Ce qu’on pense tout bas, ce n’est en général pas très beau, et justement, on ne le dit pas. Ou «en France, on ne peut pas dire les choses»

Pour en finir définitivement.

Provoquer la sidération et l’adhésion de l’entourage en le confrontant à l’horreur absolue : par exemple parler longuement du calvaire de la mère de Sohane pour faire passer une loi sur la récidive.

Pour en finir définitivement.

• Etre mégalomane, ne pas supporter le moindre accro à sa propre image : faire virer un grand patron de presse pour avoir été montré sous les traits ridicules du cocu.

• Enfance : venger une mère abandonnée qu’on ne quitte qu’à l’âge de 28 ans.

• Amour de la traîtrise : prendre pour porte-parole celui qui a trahi et calomnié son propre camp…

Michel VALLET ?

Mais vous avez sûrement en tête d’autres situations…

Allez, bonne continuation.

• Serge Hefez •

Ne t'inquiète pas Francky, je n'éprouve aucune rancune à ton égard, ni face à ces moments d'égarement mutuel.
Je t'envoie à mon tour tous mes voeux de bonheur pour une nouvelle page de ta vie qui s'ouvre. Profite bien de tes sorties post confinement et je te souhaite à mon tour de trouver enfin la paix et la sérénité.
Si nous nous croisons, cela se fera évidemment dans le respect mutuel, néanmoins j'estime que, pour avancer tous les 2 vers un avenir heureux, il n'est pas approprié d'entretenir une relation amicale, ni de poursuivre une relation épistolaire.
Tourne la page, va vers la lumière, comme je le fais moi.
C'était une tranche de vie commune qui se termine.

Pierrot 

PARTAGEZ TOUS CET ARTICLE CAR LA VÉRITÉ DOIT ÉCLATER

 Merci mes petits

Et maintenant place uniquement au

Débunking !

Pour en finir définitivement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Bonjour Pierre Lalande ! Je voudrais profiter de mon droit de réponse pour citer ce bien curieux jugement que deux personnes cependant très antagonistes ont à mon sujet, en effet, Pierre Lalande (vous même) et Franck Daffos (Un autre monstre) sembleraient en effet les deux seules éminences de R.L.C à me reprocher ceci : Villette, il lui arrive de changer d'avis ...Ah, ah ... bon ?Oh, que c'est drôle !!! Oui da, et pire, je ne serais à leurs yeux qu'une girouette ... ben, pourquoi pas ?! Je reconnais facilement que je change d'avis, c'est évident et donc certain ! ...et la raison est celle ci, je suis un chercheur qui se remet sans cesse en question car je cherche énormément et donc sans arrêt ...donc je prends la risque de ma tromper souvent ! ...et ma boussole est axée sur le doute systématique que m'ont appris les grands philosophes ! Et que fatalement, en travaillant sans cesse (car que connaissez vous de mes vraies recherches ? Pas grand chose !?) ... et quant on bosse en doutant profondément, on commet fatalement nombre d'erreurs et que je tiens à réparer...normal ... honnêtement, il faut bien que j'en tienne compte de mes sempiternelles petites erreurs, car j'en ai conscience ! Pas le choix ! Alors j'ai le courage de changer d'avis au risque bien réel de passer soit disant pour une girouette ... en fait je déteste les vents dominants des maîtres à penser... surtout sur la colline de RLC, la capitale de l'irrationnel et du grand n'importe quoi et des ''redresseurs de tords''; et ce que j'y déteste le plus, c'est la malhonnêteté (dominante à RLC) des super faux culs qui ne changent jamais d'avis, incapables d'assumer leurs moindres fautes et défauts ... c'est lamentable !!! Donc, l'honnêteté systématique, à RLC, et plus particulièrement pour vous et pour ce très grand malade et détraqué de Franck Daffos, serait synonyme de ladrerie, de nullité et de traitrise? ... Au fait, j'y pense, qui êtes vous, monsieur Lalande ? Je ne le sais toujours pas ...Je ne sais rien de vous ni de vos soit disant recherches dont vous faites allusion !!!! Vous critiquez les chercheur les plus secrets, et qui essaient d'être sérieux ce qui n'exclut pas la fantaisie et l'humour, mais vous ??? Que faites vous à part jouer au juge et au sage de cornet surprise ? On attend toujours d'être au courent de vos publications sans cesse promises, jamais visibles ...l'Arlésienne ...Bon, bref, en attendant, merci à Franck Daffos et à vous même, de m'avoir si judicieusement ouvert les yeux ! Je suis une girouette... je gire, donc je suis, aurait dit untel ou un autre? ! Sans blague ... !!!(?) Mais j'ai quand même une certaine supériorité sur beaucoup de grenouilles de RLC, c'est que je suis incapable de me prendre au sérieux ! Impossible ! Allez ! ...sans rancune ...? ... et à vous lire j'espère prochainement, monsieur le bien trop mystérieux redresseur de tords !
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents